Entre Bellevue et Collex-Bossy

Le Marquet remis à ciel ouvert

Le Marquet est un ruisseau qui prend sa source dans les bois d’Ornex en France voisine et rejoint le Gobé à la hauteur du hameau de Vireloup entre les communes de Bellevue et de Collex-Bossy. Le Gobé se jette lui-même dans le Vengeron qui descend jusqu’au lac.

Le Marquet est souvent asséché en été, mais lors de fortes précipitations, il peut rapidement déborder et inonder les terrains proches, comme ce fut le cas à Ferney-Voltaire en 1993. Pour surmonter ces difficultés, la Direction générale de l’eau du canton a élaboré un concept global de protection du bassin versant de ces trois ruisseaux.

Une première phase a été la construction, en 2008, d’un bassin de rétention des eaux sur la commune de Collex-Bossy, avec un cofinancement des autorités françaises, afin de protéger les biens et les personnes des deux côtés de la frontière.

La deuxième étape a vu la remise du Marquet à ciel ouvert entre 2013 et 2015.

En effet, il était enterré et la capacité de la canalisation n’était pas suffisante en cas de fortes crues. Le ruisseau contourne désormais les habitations et passe sous trois routes. Les pentes des berges, les plantations et les aménagements ont été conçus afin de permettre le développement d’une faune et d’une flore indigènes liées aux cours d’eau. Un chemin pédestre a été créé le long du Marquet et rejoint ainsi les sentiers de Bellevue et de Collex-Bossy.





Marianne Gfeller, cheffe de projet
à la Direction générale de l'eau






Arnaud Ythier, maire de Collex-Bossy


Daniel Fabbi, conseiller administratif
à Bellevue


Le conseiller d'Etat Luc Barthassat
fait son discours en présence des
autorités de Bellevue et Collex-Bossy.




Une jeune habitante de Collex-Bossy
vient de couper le ruban traditionnel
sous les applaudissements des autorités.

C’est cette nouvelle réalisation que les autorités des deux communes ont inaugurée le 1er octobre en présence du conseiller d’Etat Luc Barthassat.

Celui-ci s’est réjoui de cette belle collaboration intercommunale avec la Direction générale de l’eau, qui a permis de créer un corridor biologique et d’offrir aux habitants un lieu de promenade agréable. Le nombreux public a pu apprécier le nouveau site avant la coupure du ruban traditionnel, qui a été suivie d’un apéritif servi sous tentes, car la pluie s’est mise à tomber. Mais heureusement, les discours étaient terminés, et chacun a profité de ce moment convivial.

Retour