Au pays des temples d'Angkor

Le dernier livre de Laurent Moutinot

L’ancien conseiller d’Etat belleviste Laurent Moutinot poursuit ses pérégrinations en vélo à travers le monde. L’hiver dernier, il a gambadé sur les routes cambodgiennes. D’où le titre de son quatrième récit de voyage Le Chameau véloce gambade au Cambodge, qui vient de paraître aux éditions Slatkine.

A Phnom Penh, Laurent Moutinot, son épouse Myriam et leur ami Stéphane ont découvert avec ravissement le marché central, «gigantesque, dans un style art déco légèrement mâtiné de style colonial. Sa coupole culmine à vingt-six mètres de haut et plus de deux mille échoppes s’agglutinent dans ses travées. Inutile de dire qu’on y trouve de tout, absolument de tout (…) Spectacle fascinant.»
Impossible de parler du Cambodge sans évoquer les terribles massacres commis par les Khmers rouges de 1975 à 1979. Ces derniers avaient installé un centre de torture dans un lycée construit en 1962 avec l’aide de la France: le tristement célèbre S-21 transformé en musée du génocide. L’auteur écrit à ce sujet: « La visite est éprouvante mais le travail de mémoire indispensable, avec l’espoir ténu qu’une meilleure connaissance des crimes du passé permette d’éviter leur répétition à l’avenir.»

Pour Laurent Moutinot, l’un des points marquants de ce voyage a été la visite du site d’Angkor, avec des centaines de temples très bien préservés. Encore une fois, cédons la plume à l’écrivain: «Le vélo est idéal pour visiter Angkor et, en trois jours, nous parcourons plus de cent trente kilomètres sur le site. Les impressions sont fortes et parfois contradictoires: le gigantisme des monuments n’altère en rien la beauté de la nature, la sereine sévérité des Bouddhas voisine avec le charme lascif des Lakshmi. »

Laurent Moutinot à la librairie Slatkine, où il a dédicacé son dernier livre.






Bref, un beau livre qui incite à la découverte de ce pays, où «les sourires des enfants, qui ne parviennent pas à effacer les horreurs des Khmers rouges, donnent l’espoir d’un futur apaisé pour le Cambodge meurtri.»
Retour